Comprendre les maux de dos

Comprendre les maux de dos

Le corps se compose d’os, de muscles, de nerfs, de vaisseaux sanguins et d’autres tissus qui travaillent ensemble pour nous permettre de nous mouvoir. Lorsque l’une de ces composantes ne fonctionne pas bien ou lorsqu’elles n’agissent plus comme elles le devraient, le résultat est souvent de la douleur.

En raison de leur anatomie délicate, le cou et le dos sont deux des structures corporelles les plus vulnérables. En fait, on estime que 80% des adultes auront mal au dos au moins une fois au cours de leur vie.

Pour comprendre le mécanisme et le traitement de la douleur, il faut savoir comment les messages de douleur sont transmis de la partie du corps où se trouve le site de la douleur jusqu’au cerveau.

La sensation de douleur se déplace dans un réseau complexe de fibres nerveuses partout dans le corps. Ce réseau compte trois principales composantes :

  • Les nerfs périphériques moteurs, qui partent de la colonne et vont jusque dans la peau, les muscles et les organes internes. Ces fibres nerveuses sont de différentes tailles et leur vitesse de transmission des messages varie.
  • Les nerfs périphériques sensoriels, qui se connectent à la moelle épinière où les neurotransmetteurs (une substance chimique) sont libérés pour que la sensation de douleur puisse être transmise d’une fibre nerveuse à une autre, jusqu’à ce que le message de douleur atteigne le cerveau.
  • Le cerveau, qui reçoit les sensations de douleur et les renvoie aux parties du corps touchées pour contrôler les sensations physiques, les émotions et la logique. Ce processus détermine votre réaction à la douleur. Certaines personnes crient ou deviennent très anxieuses en se demandant quel sera l’impact de cette blessure au quotidien. Il est également possible que le cerveau libère des substances chimiques qui éliminent la sensation de douleur en situation d’urgence afin de vous permettre de réagir.

Alors que les nerfs transmettent la sensation de douleur du site de la blessure à la moelle épinière, puis jusqu’au cerveau qui les renvoie, il se produit des réactions au site de la blessure qui peuvent causer de l'inflammation, entraînant de l’enflure, des rougeurs, un réchauffement et une augmentation de la douleur.

Un cercle vicieux peut rapidement se créer, notamment dans les cas de douleur chronique, lorsque la douleur déclenche des tensions ou des spasmes musculaires, lesquels causent encore plus de douleur, ce qui accroît la tension, et ainsi de suite.